«La Pige» et «L’Exemplaire» remportent les grands honneurs du «Devoir» de la presse étudiante

Les journaux étudiants La Pige et L’Exemplaire ont remporté les grands honneurs jeudi lors de la 9e édition du Devoir de la presse étudiante, qui a aussi salué la création d’un nouveau média étudiant en pleine pandémie de COVID-19.

Habitué du gala depuis plusieurs années, le journal La Pige — du programme d’Art et technologie des médias du Cégep de Jonquière — a de nouveau remporté le prix du média académique dans le volet collégial de ce concours.

Les trois membres du jury pour cette catégorie ont salué le « courage » de plusieurs jeunes journalistes, qui ont réalisé en octobre dernier un vox pop dans le centre commercial de la Place du Royaume, à Chicoutimi, dans le cadre d’un dossier sur le lavage des mains. Leur reportage a montré que près de 40 % des clients de cet établissement ne se lavaient alors pas les mains aux stations de désinfection situées à ses différentes entrées.

« La touche locale apportée à des enjeux plus globaux […] est également la bienvenue », ont aussi noté les jurés, qui ajoutent que les reportages soumis au concours par la publication démontrent un « souci d’équilibre et d’équité ».

Le jury a par ailleurs salué l’audace des cinq journalistes de L’Exilé, du Cégep du Vieux Montréal. La publication a vu le jour l’an dernier, en pleine pandémie. Le site Web propose une panoplie d’articles sur différents thèmes coiffés de photos.

« Fonder un journal est une entreprise déjà difficile en temps normal ; le faire dans le contexte qui était celui de L’Exilé est digne de mention », a souligné le jury, qui a décerné à la publication un prix dans la catégorie des médias coopératifs.

« Nous sommes vraiment surpris. C’est un baume au cœur pour nous […] Je suis sans mot », a confié un des membres du comité de ce journal étudiant, Olivier Demers, visiblement ému.

Dans le volet universitaire, les trois membres du jury ont remis le premier prix au journal étudiant L’Exemplaire, de l’Université Laval, afin de récompenser « la très haute qualité de son contenu ». La publication s’est notamment démarquée pour deux dossiers réalisés dans le cadre des élections américaines de 2020 qui ont mis l’accent « avec brio » sur les expatriés américains, ces « électeurs de l’ombre ».

Un prix coup de cœur a par ailleurs été décerné pour un article intitulé « Un vent de changement : énergie éolienne et réconciliation » publié dans L’Apostrophe, le magazine d’information internationale des étudiants et étudiantes en journalisme de l’UQAM. Les trois journalistes qui l’ont réalisé ont réalisé un portrait du parc éolien Nicolas-Riou, situé dans le Bas-Saint-Laurent, en allant sur place pour réaliser des entrevues, mais aussi pour agrémenter leur reportage de photos et de vidéos de leur cru.

Le prix René-Lévesque, offert depuis 2019, a par ailleurs été décerné par la fondation du même nom à Noémi Brind’Amour-Knackstedt, la rédactrice en chef du Pigeon dissident, le journal étudiant de la Faculté de droit de l’Université de Montréal. L’étudiante en question, dont la rigueur a été soulignée par le jury, a accueilli cette distinction avec des larmes de joie.

Les prix du Devoir de la presse étudiante étaient présentés par Les Amis du Devoir, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, la firme de relations publiques National et la Fondation René-Lévesque.

Photo: Capture d’écran
À l’animation du gala, de gauche à droite et de haut en bas: le directeur de l’information, Florent Daudens, Clémence Pavic et Borix Proulx, tous deux journalistes, et le directeur, Brian Myles.

Source : https://www.ledevoir.com/culture/medias/603293/le-devoir-de-la-presse-etudiante-la-pige-et-l-exemplaire-remportent-les-grands-honneurs